Etudes — Alcooclic

Alcool avec modération, quels effets sur la santé ?

29 mars 2009 at 12 h 00 min

Deux études parues ces derniers jours tendent à dédramatiser la consommation modérée et occasionnelle d’alcool.

David Servan-Schreiber (professeur de psychiatrie), Richard Béliveau (chercheur en cancerologie) et Michel de Lorgeril (cardiologue) affirme « Qu’il n’existe pas de données suffisantes pour affirmer que la consommation modérée de vin rouge, au cours des repas, et dans le cadre d’un régime méditerranéen, est associée à un risque accru de cancer ».

En effet d’après eux : « Le contexte alimentaire modifie la réponse de l’organisme à l’alcool » et par conséquent ce n’est pas uniquement l’alcool qui est en cause mais la totalité de notre alimentation (rassurant).

Le fait est que la majorité de la population ne se nourrit pas très sainement (sandwichs, pizzas, fast food, pâtes…) ce qui ne permet pas à l’organisme de répondre correctement à l’absorption d’alcool.

Une autre étude de la revue « Alcoholism : Clinical and Experimental Research » démontre que la consommation d’alcool accroitrait la libération des endorphines dans le cerveau : « Nous avons pu observer que les quantités faibles ou modérées d’alcool, mais pas les fortes doses, augmentent la sécrétion d’endorphines dans le cerveau ».

Pour mémoire l’endorphine se libère dans notre cerveau en générant, entre autre, la sensation de plaisir ou une diminution du stress mais peut aussi faire l’objet d’une dépendance… Jusqu’à présent on pouvait lire que c’est l’alcool lui même qui générait une dépendance en se fixant sur les récepteurs de l’endorphine.

Tout ça vient confirmer la fameuse phrase : A consommer avec modération !

Les 10 bières préférées des anglais

12 mars 2009 at 12 h 39 min

Ciao! (site de shopping et comparateur de prix sur internet) a mené une étude auprès de sa communauté britannique (2,5 millions de visiteurs uniques par mois) afin de déterminer les bières préférées de nos amis d’outre-manche.

Le classement, basé sur des évaluations et des commentaires, est le suivant :

  1. Kronenbourg 1664 Lager
  2. Guinness Draught Stout
  3. Stella Artois Premium Lager
  4. Hoegaarden White
  5. Grolsch Premium Lager
  6. Carling Black Label Lager
  7. Heineken Export Lager
  8. John Smith’s Extra Smooth Bitter
  9. Foster’s Lager
  10. Budweiser Lager

C’est donc la Kronenbourg qui remporte la palme chez nos amis anglais qui dénigrent les bières anglaises la Carling n’arrivant qu’en 6ème position…

La carte du monde de l’age légal pour boire de l’alcool

8 mars 2009 at 17 h 34 min

A partir de quel age peut on boire de l’alcool en Lybie ? 18 ans ? 21 ans ? Perdu, il y avait un piège, l’alcool est interdit en Lybie ! Sloshspot.com a éditer une carte du monde représentant l’age légal à partir duquel il est autorisé de boire de l’alcool dans chaque pays.

On remarquera que l’Europe occidentale est une des zones les plus tolérante sur ce point avec seulement 16 ans. Instructif :

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’alcool à la télévision inciterait à boire !

5 mars 2009 at 11 h 19 min

Une étude canado-hollandaise, parue ce mercredi dans la revue britannique Alcohol & Alcoholism, tend à démontrer que le visionnage d’un personne en train de boire un verre d’alcool augmenterait le désir de boire.

L’étude a porté sur un groupe de 80 personnes âgées de 18 à 29 ans, divisées en quatre groupes distincts à qui l’ont à fait visionner différents films.

Les deux premiers groupes ont visionnés « American Pie 2 » (18 passages avec consommation d’alcool), l’un avec une coupure publicitaire pour une marque d’alcool et l’autre sans pub. Les deux autres groupes ont eux regardés « 40 jours, 40 nuits » (3 passages avec consommation d’alcool),  l’un avec une coupure publicitaire pour une marque d’alcool et l’autre sans.

Les quatre groupes étaient installés de manière à reproduire les conditions de visionnage d’un film chez soi : grand canapé, home cinéma, réfrigérateur rempli de soda et d’alcool, amuse-gueules…

Au bout d’une heure ceux, qui ont visionnés « American Pie 2 » avec une coupure publicitaire pour de l’alcool ont bu deux fois plus (60Cl contre 30Cl) par rapport à ceux qui ont visionnés « 40 jours, 40 nuits » sans pub.

Les conclusions sont que voir une personne boire à l’écran a un effet incitatif et favorise le passage à l’action, notamment par effet d’imitation. Cependant cette étude ne montre que les effets à courts termes et ne permet pas d’extrapoler quant à l’influence dans les rayons des supermarchés.