Autorisation — Alcooclic

La dénomination « Absinthe » à nouveau autorisée

22 décembre 2010 at 14 h 00 min

Interdite en 1905, la fabrication d’absinthe avait été ré-autorisée en France en 1988, mais les producteurs ne pouvaient utiliser la dénomination « Absinthe » et devaient se contenter de la mention « Boisson spiritueuse aux plantes d’absinthe ».

absinthe

Cette interdiction n’est plus depuis le 15 décembre 2010, pour faire face au projet suisse de mettre la main sur cette dénomination en l’incluant comme « Indication Géographique Protégée« .

Si cette « IGP » était promulguée par l’Union Européenne tout produit dénommé « Absinthe », « Fée verte » ou « la Bleue » distillé ailleurs qu’au Val-de-Travers en Suisse serait interdit de vente et d’importation en Suisse puis en Europe.

La fédération française des spiritueux (FFS) a déposé un recours contre cette demande d’IGP.

La publicité sur internet en question

25 mai 2009 at 17 h 07 min

Alors que les sénateurs vont étudier le texte de la loi « Bachelot » interdisant notamment la vente d’alcool aux moins de 18 ans, plusieurs élus et associations montent au créneau pour mettre en exergue l’hypocrisie du texte.

Selon eux, l’autorisation de la publicité pour l’alcool sur Internet prévue dans le texte est un paradoxe à l’interdiction de la vente au mineur.

Internet étant le media le plus utilisé par les jeunes, il parait donc incohérent d’autoriser la publicité sur ce support, surtout quand l’on sait que les jeunes ont tendance à s’alcooliser de façon toujours davantage…

alcool publicite internet

La précaution qui consiste à interdire de publicité les sites « destinés à la jeunesse » ne semble pas suffisante : « Il n’existe aucune frontière sur Internet et les jeunes […] s’affranchissent largement des sites qui leur sont prétendument dédiés ».

Une lettre ouverte a été envoyée au Président de la République.

L’absinthe en France

7 avril 2009 at 11 h 30 min

Interdit, pas interdit ? Autorisé mais à certaines conditions ? L’absinthe n’est plus la même qu’à l’époque… En Espagne c’est de la « vraie »… On entend tout et son contraire sur l’absinthe et nous allons tenter d’éclaircir la situation sur cette alcool en France.

L’histoire :

Pour commencer il faut rappeler qu’au 19ème siècle, l’absinthe avait la réputation de rendre fou (l’histoire raconte que Van Gogh s’est coupé l’oreille après en avoir bu 3 bouteilles) et beaucoup on invoqué des taux de thuyone mal maitrisés (250mg/l), mais plusieurs études réalisées sur des bouteilles d’époques ont montrées qu’il ne s’agissait que d’un mythe et que les taux de l’époque était dans l’ensemble plutôt bas (moins de 20 mg/L).

Affiche Anti Absinthe

Une autre étude a d’ailleurs démontré que les effets prêtés à la thuyone (hallucinations, convulsions, absinthisme…) n’étaient qu’affabulation et que la raison principale de la nocivité était plutôt … l’alcool (présent à près de 70°).

L’interdiction :

Toujours est il qu’en 1915, la France fait interdire l’absinthe pour lutter contre l’alcoolisme : « Sont interdites la fabrication, la vente en gros et au détail ainsi que la circulation de l’absinthe et des liqueurs similaires visées par l’article 15 de la loi du 30 Janvier 1907 et l’article 17 de la loi du 26 Décembre 1908. »

Le retour :

En 1981, une directive européenne autorise jusqu’à 35mg de thuyone par litre de boisson alcoolisée. La France aménagea cette directive dès 1988 et abrogea la loi de 1915.

En 2001, le décret n° 2001-435 du 21 mai 2001 précise que « les essences d’absinthe et produits assimilés ou susceptibles de les suppléer, peuvent, sous quelque forme que ce soit, être importées, fabriquées, mises en circulation, détenues ou vendues. »

Conclusion :

L’absinthe est donc autorisée en France de la même façon que dans les autres pays d’Europe, mais elle est peut être davantage nourrie de légendes, ce qui explique une popularité encore peu développée.

La publicité pour l’alcool est autorisée sur internet

9 mars 2009 at 20 h 27 min

C’est aujourd’hui que les députés ont votés l’autorisation de la publicité pour l’alcool sur internet. Ce media n’existant pas à l’époque de la loi Evin (1991), le vide juridique se devait donc d’être enfin comblé et c’est l’alignement  sur les règles régissant les médias traditionnels qui a été décidé.

Des exceptions ont cependant été prévues concernant les sites sportifs et les sites destinés à la jeunesse où la publicité restera prohibée, tout comme les pop-ups qui ont été jugés trop intrusifs et interdits.

La publicité pour l’alcool restera également soumise aux mêmes conditions que les autres médias en terme de message de prévention.

Dans le même temps la vente d’alcool dans les stations services entre 18h et 8h a été interdite tout comme la vente de l’alcool réfrigéré (et destiné à une consommation immédiate) dans ces mêmes stations services.