Dewar’s — Alcooclic

Sélection de Noël 2016 : Les Whiskys

20 octobre 2016 at 8 h 21 min

Offrir une jolie bouteille de whisky à Noël reste un grand classique. Ça ne prend pas de place et ça fait toujours plaisir aux amateurs. Attention tout de même à choisir une bouteille en édition limitée ou avec un coffret spécial qui permet de rajouter un peu de magie.

Petit aperçu des éditions de cette année :

Pour les amateurs de « vintage » :

John Dewar & Sons Craigellachie 13 ans

Dewar’s a crée un coffret « Old School » vêtu de cuivre, clin d’œil aux condenseurs de cuivre traditionnels, cachant un whisky lui aussi « Old fashioned ».

dewar sons Craigellachie

Prix de vente conseillé: 49 euros TTC chez Nicolas et en réseaux cavistes.

Pour les amateurs de Street-Art :

Grant’s Signature X JEANSPÉZIAL

Le collectif d’artiste JEANSPÉZIAL a collaboré avec Grant’s pour habiller son célèbre Whisky Signature.

La bouteille reste intacte mais elle s’enrobe d’un coffret crée pour l’occasion mettant en valeur  une ambiance rétro alliant illustrations et typographies

grants signature jeanspezial

Disponible en GMS au prix de vente indicatif : 14,30€

 

Pour les amateurs de photographie :

Ballantine’s 12 ans by David Ma

Ballantine’s a décidé de rendre un hommage photographique aux paysages écossais en faisant appel à l’artiste David Ma.

Des prises de vues d’une altitude de 2000 mètres révèlent des images spectaculaires mises en scène dans un coffret unique enrobant Ballantine’s 12 ans et comprenant 2 verres et les accessoires du rituel de dégustation (glaçons, eau…)

ballantines 12 ans by David Ma

ballantines 12 ans by David Ma Coffret

Le coffret Ballantine’s 12 ans by Dave Ma en vente exclusive sur barpremium.com au prix de 350€.

Deux autres éditions limitées reprenant le travail de David Ma sont également disponibles en GMS au prix de vente indicatif de 15€ pour le Finest et 22,50€ pour le 12 ans :

ballantines-david-ma

Pour les amateurs de tourbe : ArdbegTwentyOne

« Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse » disait Alfred de Musset. Ardbeg a bien saisi la formule et propose pour cette fin d’année, une édition limitée 21 ans d’âge.

Le design de la bouteille n’évolue pas mais le whisky est unique : distillé en 1994 et embouteillé à 46°, Ardberg TwentyOne ravira les amateurs de whisky tourbé

packshot-bouteillecoffret-ardbeg-twenty-one
ArdbegTwentyOne est en vente sur le site moethennessy-selection.fr au prix indicatif de 370 €.

Pour les collectionneurs : Glenmorangie Pride 1978

Glenmorangie a crée un 34 ans d’âge en édition limitée nommé Pride 1978. Conservé dans cinq fûts depuis 1978, il a bénéficié de 15 ans de maturation supplémentaire dans des fûts ayant contenu de grands vins de Bordeaux. Cette durée est la plus longue maturation jamais connue pour un whisky Glenmorangie.

Glenmorangie Pride 1978glenmorangie_-_pride_1978_bouteille_de_trois_quart

 

Le whisky Pride 1978 est présenté dans un coffret dont l’assemblage fut réalisé par trois artistes : Laurence Brabant & Wouter Scheublin se sont occupés de la bouteille et Idris Kahn s’est chargé de créer un écrin en bois s’ouvrant dans un mouvement digne d’un horloger.

 

En vente chez les meilleurs cavistes au prix indicatif de 4500€ (bah oui forcément, mais c’est une édition limitée à une centaine d’exemplaires à travers le monde)

Musique et alcool, les liaisons dangereuses ?

2 novembre 2011 at 11 h 00 min

Plusieurs articles parus ces dernières semaines outre-Atlantique sont venus souligner les liens existant entre le monde de la musique et l’industrie de l’alcool.

Dernier en date, les whiskys Dewar’s s’associant à Universal Music Latin Entertainment dans le cadre des trophées de la musique latine (the international Latin music awards) qui auront lieu le 10 novembre prochain. A cet effet, les deux entités ont crées une application Facebook, accessible via la page de Dewar’s. Elle permet, après avoir « liké », de télécharger une des deux playlist disponible, comptant chacune trois titres. Une collaboration qui se poursuivra bien entendu dans les coulisses de la cérémonie avec les participants, les célébrités et leur entourage.

Application Dewar's et Universal

Autre univers, autre boisson avec le lancement en grande pompe en septembre dernier de la nouvelle venue, Hard Rock Vodka, lors d’une soirée comptant quelques 600 invités, parmi lesquels des personnalités du monde de la musique. Un nom et un héritage fièrement affichés sur la bouteille, avec son logo, sa guitare et son slogan « Splashed with Rok’n’Roll ».

A cette occasion justement, un article d’Associated Press s’est intéressé aux liens qui se sont construits entre les marques d’alcool et certaines personnalités musicales. Et de citer en exemple la tequila 901 lancé par Justin Timberlake ainsi que l’association entre P. Diddy et la vodka Ciroc. Une proximité qui peut s’expliquer, outre les indéniables avantages en terme de marketing, dans la mesure où musique et boisson se consomment généralement dans les mêmes lieux, selon Serge Abecassis.

Musique et alcool, il en est précisément question dans une étude publiée le 20 octobre dernier. Des chercheurs de l’université de Pittsburgh ont analysé les références liées à l’alcool au travers de 793 chansons, ayant intégré le top 100 du magazine Billboard entre 2005 et 2007. Sur l’ensemble du corpus, 21 % font mention d’alcool, et parmi elles 25 % citent explicitement une ou des marques. Les styles musicaux les plus concernés sont le rap, le R&B et le hip-hop. Et associent le plus souvent l’alcool aux notions de richesse, luxe, sexe, drogue, fête… L’étude s’inquiète des conséquences d’une telle exposition auprès d’un public jeune, de moins de 21 ans, et s’interroge sur ce qui peut être considéré comme de la publicité déguisée. Bien que chercheurs comme industriels de l’alcool conviennent qu’il n’y ait ni paiement ni sollicitation de leur part pour être cité, l’influence semble réelle. Influence sur les ventes et influence sur leur notoriété puisque les marques évoquées dans les chansons sont celles citées par les jeunes comme étant leurs préférées.

Qu’en sera-t-il alors pour la maison Rémy Martin et son dernier-né, Rémy Martin V ? De fait, la bouteille s’offre un placement produit flagrant dans le clip de Kelly Rowland, Lay it on me. Comme vous pourrez le constater ci-dessous, au milieu d’un décor minimaliste, surgit sur un plateau Rémy Martin V (entre 2:50 et 3:00). La vidéo a dépassé les 9,7 millions de vues sur You Tube. Si cette chanson ne rentre pas dans l’étude, elle fait en revanche écho à ses conclusions et apporte de l’eau à son moulin.

Dewar’s White Label lance une vidéo personnalisée

22 octobre 2009 at 14 h 29 min

Grand classique sur internet, la vidéo personnalisable a été reprise par Dewar’s White Label pour le marché espagnol (sur lequel la marque est très active, cf. l’article White Label Buzz en Espagne).

Intitulé « The Main Character« , la vidéo met une équipe qui a pour mission de recomposer l’image que vous aurez uploadé, avec de la peinture (jet de sauts de peintures, pistolet…) créant ainsi une carte à envoyer à ses amis.

Dewar's White Label

Rien de mieux que d’aller y voir par soit même ici.

Dewar’s White label « buzz » en Espagne

10 juillet 2009 at 14 h 30 min

Dewar’s (Bacardi-Martini) a fait appel à BuzzParadise pour lancer en Espagne sa nouvelle campagne web pour son blended scotch : White Label. L’objectif est de créer un « univers » Dewar’s à travers le nouveau site très joliment réalisé Whitelabel.com.

Dewar's White Label

Ils ont pour cela fait appel à une célèbre bande de comiques espagnols et invitent les internautes à poster leurs propres sketchs sur le site (voyages, bouteilles et places de spectacles à gagner). De nombreuses autres fonctionnalités sont à découvrir sur le site (téléchargement de musique, mini-jeux…).

Quentin Tarantino, lui même, a décidé de soumettre un sketch 🙂

Tarantino Dewar's

Pour lancer le tout, une petite vidéo est disponible (attention, c’est en espagnol – forcement – ) :