Musique et alcool, les liaisons dangereuses ?

2 novembre 2011 at 11 h 00 min

Plusieurs articles parus ces dernières semaines outre-Atlantique sont venus souligner les liens existant entre le monde de la musique et l’industrie de l’alcool.

Dernier en date, les whiskys Dewar’s s’associant à Universal Music Latin Entertainment dans le cadre des trophées de la musique latine (the international Latin music awards) qui auront lieu le 10 novembre prochain. A cet effet, les deux entités ont crées une application Facebook, accessible via la page de Dewar’s. Elle permet, après avoir « liké », de télécharger une des deux playlist disponible, comptant chacune trois titres. Une collaboration qui se poursuivra bien entendu dans les coulisses de la cérémonie avec les participants, les célébrités et leur entourage.

Application Dewar's et Universal

Autre univers, autre boisson avec le lancement en grande pompe en septembre dernier de la nouvelle venue, Hard Rock Vodka, lors d’une soirée comptant quelques 600 invités, parmi lesquels des personnalités du monde de la musique. Un nom et un héritage fièrement affichés sur la bouteille, avec son logo, sa guitare et son slogan « Splashed with Rok’n’Roll ».

A cette occasion justement, un article d’Associated Press s’est intéressé aux liens qui se sont construits entre les marques d’alcool et certaines personnalités musicales. Et de citer en exemple la tequila 901 lancé par Justin Timberlake ainsi que l’association entre P. Diddy et la vodka Ciroc. Une proximité qui peut s’expliquer, outre les indéniables avantages en terme de marketing, dans la mesure où musique et boisson se consomment généralement dans les mêmes lieux, selon Serge Abecassis.

Musique et alcool, il en est précisément question dans une étude publiée le 20 octobre dernier. Des chercheurs de l’université de Pittsburgh ont analysé les références liées à l’alcool au travers de 793 chansons, ayant intégré le top 100 du magazine Billboard entre 2005 et 2007. Sur l’ensemble du corpus, 21 % font mention d’alcool, et parmi elles 25 % citent explicitement une ou des marques. Les styles musicaux les plus concernés sont le rap, le R&B et le hip-hop. Et associent le plus souvent l’alcool aux notions de richesse, luxe, sexe, drogue, fête… L’étude s’inquiète des conséquences d’une telle exposition auprès d’un public jeune, de moins de 21 ans, et s’interroge sur ce qui peut être considéré comme de la publicité déguisée. Bien que chercheurs comme industriels de l’alcool conviennent qu’il n’y ait ni paiement ni sollicitation de leur part pour être cité, l’influence semble réelle. Influence sur les ventes et influence sur leur notoriété puisque les marques évoquées dans les chansons sont celles citées par les jeunes comme étant leurs préférées.

Qu’en sera-t-il alors pour la maison Rémy Martin et son dernier-né, Rémy Martin V ? De fait, la bouteille s’offre un placement produit flagrant dans le clip de Kelly Rowland, Lay it on me. Comme vous pourrez le constater ci-dessous, au milieu d’un décor minimaliste, surgit sur un plateau Rémy Martin V (entre 2:50 et 3:00). La vidéo a dépassé les 9,7 millions de vues sur You Tube. Si cette chanson ne rentre pas dans l’étude, elle fait en revanche écho à ses conclusions et apporte de l’eau à son moulin.