Whisky — Alcooclic

Du pouvoir de la contestation online : le cas Maker’s Mark

20 février 2013 at 10 h 16 min

Maker’s Mark est une marque de bourbon américaine, appartenant au groupe Beam, et dont la distillerie est située dans l’Etat du Kentucky.

Dernièrement, comme d’autres marques auparavant, elle a pris la décision de modifier la teneur en alcool d’une des ses boissons, passant de 45° à 42°, un choix devant renforcer et augmenter la courbe de vente et faire face à la demande croissante.

Un changement qui n’a, semble-t-il, pas eu la faveur des consommateurs. En l’espace d’une semaine, nombreuses ont été les réactions sur les réseaux sociaux, contestant cette modification, craignant particulièrement l’impact sur le goût, et demandant un retour à la recette originale.

Dont acte.

Couverture Facebook - Maker's Mark - 19/02/2013

En deux communiqués de presse, la marque a répondu aux internautes.

Le premier devait désamorcer la polémique, en revenant sur les raisons qui ont conduit vers la baisse du degré d’alcool, répondant aux principales questions soulevées par les consommateurs, et assurant que la teneur en alcool ne changera pas le goût. A cet instant, il n’est pas encore question de revenir sur la décision.

En date du 17 février, le second communiqué officialise le retour en arrière de la marque, avec effet immédiat. D’autres solutions seront mises en oeuvre pour augmenter les capacités de production. Maker’s Mark en profite pour remercier et valoriser l’opinion émise par les amateurs de la marque, glissant des excuses officielles au passage.

You spoke. We listened. And we’re sincerely sorry we let you down. […]

Your trust, loyalty and passion are what’s most important. We realize we can’t lose sight of that. Thanks for your honesty and for reminding us what makes Maker’s Mark, and its fans, so special.

A 9h ce matin, le post Facebook reprenant ce dernier communiqué comptabilisait 4 293 commentaires, 8 613 partages et 27 600 likes.

Retour à la case départ donc, avec le coup de projecteur en plus.

Jameson – The Ultimate Whiskey Tumbler

13 février 2013 at 9 h 00 min

Les travaux manuels ont décidément le vent en poupe ! Après Jack Daniel’s et sa caisse claire en fût de whisky, c’est au tour de la marque irlandaise Jameson (groupe Pernod-Ricard) de se lancer dans la réalisation d’objets.

Encore une fois le bois est à l’honneur mais cette fois-ci pour créer le Tumbler (verre à cocktail) parfait pour accueillir le Jameson Select Reserve. L’impression de déjà-vu est forte mais la réalisation est au rendez-vous :

Jack Daniel’s toujours plus rock

21 janvier 2013 at 9 h 00 min

Jack Daniel’s continue encore et toujours de préempter le territoire de la musique et du rock en particulier. En France cela se traduit par les soirées « Plug The Jack » à la Maroquinerie à Paris qui, régulièrement, mettent en avant de jeunes artistes rock devant un parterre d’invités triés sur le volet.

Aux Etats-Unis, la marque vit également sur cet univers et a décidé d’approfondir physiquement ce lien dans sa dernière opération. Réalisé par l’agence Arnold Worlwide (Boston, USA), Jack Daniel’s revisite ici l’un de ses fûts pour le transformer en caisse claire de batterie.

La vidéo nous raconte le processus de fabrication, de la découpe du fût jusqu’à la disposition de l’emblématique logo :

Dans un univers assez « hipster », Jack Daniel’s a souhaité illustrer le lien direct entre sa marque et l’un des instruments du rock par excellence : la batterie ! Pas mal !

Beefeater et Ballantine’s allient Instagram et musique

6 décembre 2012 at 10 h 00 min

En l’espace de quelques jours, deux marques d’alcool ont dévoilé un concept similaire associant Instagram et musique.

Citons d’abord le gin Beefeater avec le Beefeater Studio 24, né d’un partenariat avec Last.fm. Le fonctionnement est simple, il suffit  de charger une photo depuis son compte Instagram et d’y ajouter une musique issue du site Last.fm.

D’après Paco Recuero, le directeur de la marque Beafeater, l’idée est de créer une similarité dans le processus de création entre l’alliance parfaite d’un moment représenté par la photo et une musique ayant une signification particulière d’une part et le mélange d’ingrédients et le temps d’infusion nécessaire pour mettre au point la recette de Beefeater. Toutes les associations ainsi créées sont accessible sur le site de Beefeater Studio 24.

Beefeater Studio 24 Ballantine's Loud Blue

Viens ensuite le whisky Ballantine’s et Loud Blue. Les photos proviennent du même outil, à savoir votre propre compte Instagram. En revanche la méthode diffère dans l’association musicale. Il s’agit cette fois de partager la photo choisie sur le réseau Twitter avec le hashtag qui convient #loudblue. L’auteur recevra par la suite un message automatique de la part de @loud_blue avec un lien vers la musique qui est censée correspondre au mieux à la photo, un choix basé sur un algorithme.

D’abord lancé au Brésil, la marque s’est rapprochée d’un groupe local, Felguk, pour composer un certain nombre de musiques grâce auxquelles fonctionne l’outil. Felguk dévoilera d’ailleurs le 7 février 2013 un morceau créé spécialement pour la marque à partir des meilleures réalisations faites sur le thème du Brésil.

Si cette dernière idée mise en application par Ballantine’s se veut plus créative et aboutie, collant avec la signature “Leave an impression« , les deux concepts sont indéniablement proches : mettre des images en musique. Nous rappellerons alors que les deux marques relèvent du même groupe, Pernod-Ricard.

Les calendriers de l’Avent version whisky et gin

16 novembre 2012 at 8 h 45 min

Le mois de novembre est déjà bien entamé, les rayons se remplissent des produits de fin d’année, les marques dévoilent leurs éditions spéciales et quoi de mieux pour le décompte que le fameux calendrier de l’Avent.

Nous ne parlons pas d’un quelconque calendrier, mais plutôt d’une version alcoolisée. Drinks by the Dram, spécialiste de la vente d’échantillons d’alcool, commercialise le calendrier de l’avent spécial whisky. 24 cases à ouvrir à compter du 1er décembre pour découvrir chaque jour une nouvelle fiole contenant 3cL de whisky, un différent chaque jour.

Calendrier version whisky

Par contre, la différence se sent également au niveau du portefeuille puisque, pour acquérir ce calendrier, il faudra débourser 188 euros.

Si votre budget est (légèrement) plus restreint, ou si vos goûts diffèrent, un second calendrier propose 24 versions de gin différents pour 100 euros.

Le tout se trouve sur le site de Master of Malt.

Calendrier version gin

The last word : Masters de photographie de The Macallan

25 octobre 2012 at 9 h 00 min

Pour la 3e année consécutive, The Macallan active les Masters of photography, son grand concours de photo intitulé The last word. Cette année, le portrait est à l’honneur, chaque photo devant raconter une histoire et si possible en un mot.

Comme les deux années précédentes, un grand nom du monde de la photographie livre son interprétation de l’univers de la marque. Pour la première fois, il s’agit d’une femme, Annie Leibovitz, qui signe quatre nouvelles affiches mettant en scène l’acteur écossais Kevin McKidd, vu entre autre dans la série Grey’s Anatomy. Pour la petite histoire, l’acteur a grandi non loin de la distillerie, et y a par ailleurs travaillé étant plus jeune, restant un grand amateur de la marque.

The library - Annie Leibovitz The gallery - Annie Leibovitz

The bar - Annie Leibovitz The skyline - Annie Leibovitz

Ces quatre clichés d’Annie Leibovitz vont accompagner les 1 000 bouteilles en édition limitée commercialisées à l’occasion. Et qui dit 4 vues différentes dit 4 contenus différents, chaque nectar devant refléter l’ambiance véhiculée par l’artiste sur la vignette.

Editions limitées The Macallan par Annie Leibovitz

Le projet, le making-of des prises de vue d’Annie Leibovitz, les notes concernant les quatre whiskies, les clichés du concours qui s’achève le 11 novembre, ainsi que les deux précédente éditions sont à retrouver sur www.themastersofphotography.com.

Les gagnants seront connus le 30 novembre prochain.

Jack Daniel’s White Rabbit

10 septembre 2012 at 9 h 00 min

Une nouvelle édition limitée Jack Daniel’s nommée White Rabbit va bientôt débarquer en France.

Pourquoi White Rabbit ? Il faut replonger aux origines de la marque pour découvrir qu’avant d’être un célèbre distillateur, Jack Daniel était le propriétaire de 2 saloons dans le comté de Moore (Tennessee) dont l’un portant le nom de « White Rabbit Saloon« .

A l’occasion des 120 ans de ce premier bar a avoir vendu le célèbre alcool, la marque en a profité pour créer une bouteille avec une nouvelle étiquette au style vintage :

Le Jack Daniel’s White Rabbit sera à découvrir en avant-première à la Maison du Whisky dès le mois octobre et dès novembre chez Intermarché, Leclerc et Monoprix.

Prix de vente GMS constaté : 22 €

Klipdrift répond à Renault

7 septembre 2012 at 9 h 00 min

Ca y est, l’Argentine a enfin intégré son grand championnat annuel de rugby en allant affronter les ténors que sont la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Afrique du Sud dans ce qui était auparavant le Tri-Nations.

Et pour son premier match, l’Argentine faisait face à l’Afrique du Sud. Formidable opportunité pour les sponsors de prendre la parole et joli spot réalisé par Renault à cette occasion. Et même si c’est un peu hors sujet, voici la vidéo diffusée par la marque automobile :

Là où ça devient plus pertinent et intéressant pour nous, c’est la réponse qui a été faite par l’un des sponsors de l’équipe sud-africaine, à savoir la marque de brandy Klipdrift. Vous le constaterez la vidéo est cette fois beaucoup plus courte et, il faut bien le dire, un peu moins enthousiasmante, néanmoins le clin d’oeil est amusant et ça c’est plutôt chouette.

Ballantine’s crée le t-shirt connecté

28 août 2012 at 9 h 05 min

Ballantine’s fait un pas de plus dans sa campagne intitulée “laissez votre empreinte” en s’associant avec la startup CuteCircuit, spécialisée dans la mode avec un enclin tout particulier pour y mêler les nouvelles technologies.

Ensemble, ils ont créé le t-shirt digital.

Baptisé tshirtOS, ce dernier est agrémenté d’un écran LED ultra-fin en plein centre, avec des emplacements prévus autour pour intégrer un mini appareil photo, un microphone, des haut-parleurs et y brancher ses écouteurs. Il devient donc facile de partager messages personnalisés, morceaux de musique ou encore photos envoyés depuis une application mobile pour Iphone, qui se connecte à vos comptes Twitter, Facebook et Instagram. La version Android étant en cours de développement.

En somme, on peut désormais contrôler ce qui apparaît sur nos vêtements.

Pour donner un coup de pouce, il est d’ores et déjà possible de manifester son intérêt pour le projet via l’application Facebook mise en ligne sur le compte de Ballantine’s.

Encore à l’état de prototype, ce tshirt est actuellement testé sur un échantillon de personnes dans quelques villes, afin de mieux en analyser les retours, et pourquoi pas voir un jour débarquer dans nos armoires ces vêtements d’un nouveau genre. Des vidéos de ces tests sont diffusées au fur et à mesure, à suivre notamment sur la chaîne Youtube de la marque de whisky. De quoi rester connecté un long moment.

Ballantine’s lance sa nouvelle identité Nuit par François Brument

4 juillet 2012 at 15 h 29 min


Mercredi 20 juin avait lieu à Paris la soirée de lancement de la nouvelle identité Nuit de Ballantine’s Finest. Imaginée par le designer numérique François Brument, elle met en valeur le B emblématique de la marque, symbole que le designer a choisir de figer dans cinq mouvements différents grâce à un programme informatique développé pour l’occasion. “De par mon expérience de l’univers de la nuit, j’ai voulu amener une vision dynamique et changeante de la marque, y apporter du mouvement”

De cette idée sont nées 5 nouvelles étiquettes jouant sur le noir, l’argenté et le blanc avec la particularité d’être photoluminescentes et donc de ressortir sous la lumière noire. Un nouveau design pensé pour se faire remarquer durant les soirées estivales.

En parallèle de cette nouvelle identité Nuit, Francois Brument a concu, à partir du même programme informatique, 12 bouteilles au design unique. Cette édition limitée « B » s’appuye sur la stéréolithographie, procédé numérique permettant de fabriquer des objets à partir d’un modèle numérique 3D. Chaque bouteille est ainsi unique et la collection sera en vente chez Colette du 25 au 30 juin puis chez Speasy et sur www.barpremium.com